emmanuelle

andrieux

diplôme

Master d’études supérieures spécialisées en psychologie clinique et pathologique université Paris 7 (année 2004-05)

expérience &

pratiques cliniques

13 ans d’expérience

Prise en charge des particuliers (en face à face, téléphone et Skype) : thérapie (d’orientation analytique), conseil, coaching thérapeutique (méthode axée sur le comportemental)

Entreprise : gestion des problématiques professionnelles, notamment Burn Out, accompagnement des salariés dans le cadre du conflit, du management, cellules de soutien psychologique

Accompagnement dans le cadre du traumatisme (victimes d’incivilités, d’agressions)

Crèche : accompagnement à la parentalité,  suivi des groupes d’enfants, suivi des équipes de professionnelles

Chaque psychologue développe son approche en fonction du patient qui se présente à lui, mais aussi à partir de ce qu’il est. Dans ma pratique, ma façon d’envisager le patient peut se comparer au courant impressionniste, la peinture étant une de mes passions. L’impressionniste a ceci de particulier qu’il décrit ce qu’il voit en partant de ce qu’il ressent. Il ne cherche pas à reproduire avec précision, mais à dépeindre une ambiance, restituer une émotion. Avec mes patients, je me construis en quelque sorte leur « paysage intérieur ». C’est par ce biais que j’apprends à les connaitre, à les comprendre, à m’adapter à leur besoin. 

 

 

 

 

 

Bien sur, le psychologue a également, et au préalable, reçu de ses études, des supports théoriques et cliniques indispensables, dont il se sert dans sa pratique. Sur le plan des enseignements, parmi les nombreux apports qui nourrissent la psychologie clinique, mon approche s’appui sur  deux courants principaux : La psychanalyse et la psychologie humaniste.  La première, s’intéresse à l’histoire  de l’individu, son environnement, le rôle du passé dans le présent, pour mieux le comprendre, avec le but de mettre en lumière, mettre en relation, dénouer, désintriquer, réagencer, des éléments du vécu, notamment émotionnels. Cette technique n’est pas synonyme de silence, comme on le pense parfois. Pour ma part, j’aime l’échange, sinon je n’aurais pas choisi ce beau métier, et si se taire est parfois utile, j’évite de placer mes patients dans le vide que le silence peut représenter pour eux.  La seconde se base sur les ressources des individus plutôt que sur leurs problématiques pour leur permettre d’évoluer.  Il me parait en effet essentiel de faire appel à tout ce qui est positif et fort chez le patient pour lui permettre d’avancer.  Ainsi, la personnalité qu’il s’est forgée, ses atouts, ses points de forces, sa capacité de résilience, son autant d’éléments qui l’aideront dans son cheminement. Le travail consiste donc à permettre à l’individu de se libérer de ce qui l’encombre, de ce dont il a été imprégné par son vécu, de comprendre ce qui lui a été transmis, consciemment ou inconsciemment, tout en favorisant l’essor de ce qu’il n’ose pas être,  désire être, est au fond de lui-même.

Il m’arrive également d’utiliser des techniques plus comportementales, dans le cadre particulier de certains traumatismes notamment, car elles peuvent aider à s’y adapter, à le dépasser. En effet, celles-ci  sont souvent plus judicieuses pour soutenir la personne impactée et lui permettre de revenir à son fonctionnement habituel, antérieur au traumatisme subit. Encore une fois, il s’agit de s’adapter au patient et à proposer ce qui apparait le mieux pour lui, qui pourrait être différent pour un autre.

On trouve, dans le savoir populaire et dans la culture, bien des dictons qui évoquent  l’essence de mon travail : « savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va » ou encore, le célèbre mot de Socrate : « connais-toi, toi-même », et bien sur « ce que la chenille appelle la fin du monde, le maitre l’appelle un papillon », phrase que j’aime beaucoup et dont mon expérience me prouve chaque jour l’intelligence et la véracité.

approche & méthodes

témoignages

Paul T.

Depuis plusieurs années, c’est sur Skype que Mme Andrieux, par la force de son écoute, son sens des mots et la justesse de ses analyses, m’aide à apprivoiser mes doutes et mes peurs pour pouvoir faire de ma vie un destin que je choisis.

Sophie C.

Ma thérapie s'est déroulée par téléphone pendant un an. J'ai apprécié la disponibilité et le fait de rester dans mon environnement pendant les séances,  j'ai trouvé cela rassurant. Mme Andrieux a ce "quelque chose " que je n'ai pas retrouvé chez d'autres, je dirais une forme d'empathie, mais tout en restant dans son rôle.  Sa manière d'analyser les choses, la façon qu'elle a de faire réfléchir m'a énormément apporté. J'ai pu régler de très gros problèmes avec elle alors que je traversais un drame, et je sais que je n'hésiterais pas à me tourner vers elle à nouveau, en cas de besoin. 

Nadège B.

Après une séparation très difficile et un contexte professionnel parfois compliqué, j'ai pu surmonter ces difficultés grâce à l'écoute et aux conseils. J'ai retrouvé confiance en moi et ai appris à dire non. C'était quelques chose que je ne savais pas faire. Aujourd'hui, j'arrive plus facilement à relativiser et à gérer les "conflits".

© 2017 Emmanuelle Andrieux

Psychologue clinicienne Paris, Villejuif, Arcueil, Kremlin-Bicêtre